Who wants to live forever, Google?

La vie éternelle? Pour qui et comment?

Au cours de la dernière décennie, que ce soit dans la santé ou les nouvelles technologies, des universités sont parvenues à des résultats tangibles dans ce domaine largement financé et accaparé par les GAFA de ce monde. Cependant, cet engouement soulève bien des questions.

Tel le Saint Graal, la quête d’immortalité a d’abord trouvé sa place dans les laboratoires scientifiques. David Sinclair, généticien à l’Université de Harvard, est capable, depuis quelques années déjà, de retarder considérablement le vieillissement, et les maladies qui l’accompagnent, grâce à une coenzyme, appelée NAD (Nicotinamide adénine dinucléotide). Pour mieux comprendre sa découverte, si l’on rapporte les effets de rajeunissement des tissus dans ses résultats en labo, cela correspondrait sur un humain à retrouver un corps de 20 ans pour un retraité. On le sait, la recherche est capable aujourd’hui de nous faire vivre facilement jusqu’à 150 ans en gardant un corps actif.

Coïncidence ou pas, les enfants prodiges de la Silicone Valley ont tous investis au cours des 5 dernières années et plus dans la vie éternelle, qu’elle soit biologique ou technologique. Google a lui seul a acheté frénétiquement dans la dernière décennie des entreprises toutes reliées à l’intelligence artificielle et à la robotique. Pour n’en citer que quelques-unes : Spree, Schaft Inc., Industrial perception Inc., Redwood Robotics, Meka Robotics, Holomi, Bot & Dolly, Boston Dynamics, DeepMind Technologies…

Peter Thiel, fondateur de Paypal, rêve lui aussi d’immortalité et depuis le début des années 2000 investi dans différents « Immortality project ». Il a signé en 2014 avec Alcor pour développer des technologies de cryogénisation. Peter Thiel fait également partie des fondateurs de Vicarious aux côtés de Mark Zukerberg (Facebook), de Jeff Bezos (Amazon), d’Elon Musk (Tesla), mais aussi d’Ashton Kutcher! Un acteur-investisseur.

Who wants to live forever, Google?
Crédit photo: Franck V. @unsplash

La vie éternelle, qu’elle soit dans un laboratoire, dans un incubateur ou dans des start-ups, est au cœur d’investissements massifs par les plus grosses richesses de ce monde.

Il ne s’agit pas uniquement d’un phénomène nord-américain. Dmitry Itskov, multimillionnaire des médias russes, s’intéresse aussi à la vie éternelle et a créé le projet 2045 Initiative qui vise à développer l’immortalité cybernétique. Il veut créer un avatar contrôlé par une interface « cerveau-ordinateur » comme support de vie autonome pour le cerveau humain relié à un robot pour un usage futur. Ça sonne complément fou, mais il parle très sincèrement d’une nouvelle ère pour l’humanité avec des corps holographiques et nous ne sommes pas dans un film, c’est très réel.

Cette quête de la vie éternelle peut sembler, par certains aspects, extravagante, mais le fait que ces riches investisseurs soutiennent la recherche comme jamais auparavant en dit long sur ce qui nous attend.

Bien que cet engouement puisse bénéficier à tous un jour, il vient également confirmer un risque réel de surpopulation prématurée. Les défis structurels liés au vieillissement de la population seront décuplés, sans parler des problèmes d’éthique.

On jase là… mais sommes-nous prêts à vivre 150 ans?

One thought on “La vie éternelle? Pour qui et comment?

  1. Bon billet sur cette quête un peu curieuse de vie éternelle. Si au moins, on pouvait vivre plus vieux sans maladies graves et dégénératives (comme le Parkinson ou l’Alzheimer) et le cancer, ça serait déjà formidable ! J’aimerais bien avoir davantage de liens complémentaires au début de votre texte et particulièrement à propos de David Sinclair. Merci et bonne suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top